« Je suis vegan et j’ai raison »: être capable d’exprimer ses idées

Sans titre-2

Depuis mon interview sur France Bleu, je crois que je développe l’envie de parler et de m’exprimer plus sur le sujet. Mon blog est devenu un blog uniquement de cuisine, alors que j’avais envie de partager d’autres nombreuses choses qui me passionnent et pas que les recettes que je confectionne avec beaucoup d’amour.

Mais là n’est pas le sujet. L’interview de vendredi dernier fut très difficile pour moi car j’ai toujours eu beaucoup de mal à exprimer mes idées en public. Être vegan c’est être l’objet de nombreuses critiques que ce soit par des gens proches ou non et pour être tout à fait honnête, cela n’a pas toujours été chose facile pour moi. Plus jeune j’étais d’une nature très réservée et c’est depuis peu que j’ose tenir tête aux gens en face de moi. Mon plus gros problème depuis que je suis vegan n’est pas le fait de trouver des chaussures ou du rouge à lèvre appropriés ou encore un restaurant avec un plat que je puisse manger, même si cela reste assez ennuyeux. Mon plus gros problème, c’était d’être en face d’une personne et de lui dire : je suis vegan et j’ai raison.

Sans titre-3

Pourquoi ? Car déjà d’une, comme beaucoup d’entre nous, j’ai dû faire face aux moqueries et au mépris de certaines personnes. Par exemple, j’ai travaillé en tant que serveuse dans un restaurant de camping et je me souviendrais toujours du cuisinier qui m’a appelé au moment où il enfonçait un couteau dans un homard encore vivant avant de l’ébouillanter tout en rigolant. De la méchanceté pure et gratuite ! Déjà d’une pour ce pauvre animal qui n’avait strictement rien demandé et de deux vis à vis de moi et de mes convictions (même si cela reste anodin face à l’horreur et la souffrance de cette  petite bête). Sans compter le nombre de fois où ils s’amusaient à me mettre des bouts de « bidoches » comme ils disent devant les yeux pour voir mes réactions. Combien de fois aussi des copains à moi se sont amusés à écraser des insectes que j’observais, tranquillement posés sur mon bras? Je ne les compte même plus.

On m’a conseillé de le prendre à la rigolade, mais la cause que je défendais était tellement importante à mes yeux que j’étais incapable de rire avec eux. Un jour, une psy m’a dit : « Prenez-le avec dérision. Si on vous dit : « Ah, il faut tondre dans mon jardin, tu ne peux pas venir brouter l’herbe ? » Répondez : « Je viens de le faire chez moi, je n’ai plus très faim. » Pardon ? Non je n’ai pas envie de rire sur ce sujet, c’est un sujet grave. En ce moment, des milliers d’animaux sont torturés, mutilés, dépecés. Au delà d’une histoire de recettes et de nourriture, c’est la vie qui est atteinte. Mais très longtemps je n’ai fait que le penser et je me suis tue, par peur du rejet, par peur d’être exclue. Je ne me cherche pas d’excuses, mais Il faut dire que plus jeune, j’ai souvent été mise à part car trop différente et cette différence m’a vraiment fait énormément souffrir.

C’est tellement frustrant aussi lorsque les personnes que vous aimez ne vous prennent pas au sérieux et que vous taisez votre mécontentement pour ne pas les blesser. Dans ma tête je bous, je fulmine avec l’envie de leur dire : « Mais écoutez moi ! J’ai raison !!! ». Et même  lorsque je donne mon avis, que j’essaye de les secouer, que j’insiste sur des faits réels et prouvés, souvent les gens me considèrent comme un clown ou une espèce de hippie. Ils ne veulent pas entendre, ils ne veulent pas voir, ils savent mais ils ne changeront pas. Parfois, ils écoutent attentivement, hochent de la tête en signe d’accord, me donnent raison mais s’en retourne faire cuire leur steak 5 minutes après. Cela me rend extrêmement triste car ce sont des personnes intelligentes, sensées, qui pourraient changer et elles ne le font pas. J’ai mal pour eux et j’ai mal pour ces êtres vivants qui en attendant souffrent le martyr.

Sans titre-4

Je pense que ce fut aussi la peur de ne pas avoir une argumentation assez solide et de m’écrouler à la moindre petite faille qui me laissait silencieuse. Mais à force de lecture, de documentaires, de discussions et d’écoutes, j’ai fini par amasser pas mal d’informations qui me permettent aujourd’hui de prouver que ce que je dis est vrai. Je pense que c’est important de maîtriser un sujet si vous souhaitez convaincre les personnes qui vous entourent. Je sais que de mon côté, autant je commence à maitriser le côté alimentation, autant je pêche un peu plus sur le sujet des cosmétiques.

Pour l’interview, j’avais tout préparé la veille. Je m’étais fait des mémos, j’avais souligné en gros les points que je voulais aborder, j’avais fait une mini interview avec mon amoureux histoire d’être archi super prête. J’avais bien planifié dans ma tête la manière dont je voulais dire les choses, dans quel ordre, quels mots utiliser. Je me sentais terrifiée de devoir m’exprimer en direct, terrifiée de me tromper, de dire des bêtises, de bégayer, terrifiée à l’idée que l’on puisse en fait me juger.

Sans titre-5

Bien sûr, malgré toute la préparation que j’avais faite, rien ne s’est passé comme je l’avais prévu. Heureusement, Olivier Cattiaux, l’animateur qui m’a fait faire cette émission est une personne très agréable, très ouverte d’esprit et qui met bien en confiance. N’empêche que malgré tout, j’aurais aimé en dire plus. J’aurais aimé faire mieux, j’aurais aimé parler des abeilles, des expérimentations sur les animaux, j’aurais aimé ne pas avoir omis les problèmes liés aux cosmétiques, aux produits d’entretien, j’aurais aimé appuyer encore plus sur les conditions de vie dans lesquelles sont élevés les animaux, à quel point le fait de devenir vegan permet d’avoir une autre vision du monde et des êtres vivants et j’en passe…

Mais j’avais oublié que je n’étais pas forcément là pour débattre du véganisme et que cette émission était avant tout une émission de cuisine. Prise par le temps, j’ai eu l’impression de bâcler un peu mes recettes en voulant parler trop vite, en voulant en dire encore plus sur le véganisme. J’ai un peu hésité sur certaines questions, j’ai voulu rester « soft » et ne pas devenir non pas agressive mais trop convaincante, alors qu’à la base, je voulais convaincre par mes idées…

Sans titre-4

Mais en écoutant l’émission je me suis rendue compte que je ne m’étais pas si mal défendue et même j’ai ressenti un peu de fierté : celle d’avoir pu m’exprimer enfin et me libérer de cette peur du jugement. Cette interview m’a ouvert les yeux. Le veganisme est la solution pour essayer d’obtenir un monde meilleur, j’en suis persuadée et je suis fière d’être une des personnes qui fait partie de ce « mouvement » et de cette cause. Maintenant, grâce à cela, je n’aurais plus peur d’affirmer mes idées,  de défendre mes opinions, et je n’aurais plus peur de me retrouver face à quelqu’un et de lui dire :

« Oui je suis vegan, et j’ai raison »

Imprimer

10 commentaires pour l'article “« Je suis vegan et j’ai raison »: être capable d’exprimer ses idées

  1. Ça a déjà dû être très bien :). J’ai moins ce problème des proches car je suis loin d’eux. Pour le reste oui ça forge copieusement…

    • Effectivement ça doit être beaucoup plus simple lorsque les proches sont loin. Mais il reste toujours les non-proches qui ne font pas de cadeaux et auxquels on doit faire face. J’imagine que tu connais :)

  2. Sors de ma tête Lady Pastelle !!
    Tu as vraiment dit presque mot pour mot ce que je ressens au plus profond de moi. J’ai lu en ton témoignage les mêmes émotions, les mêmes ressentis, la même sensibilité à fleur de peau que je vis au quotidien. C’est incroyable, tu es moi en plus jeune
    Il me manque juste ta fougue pour défendre publiquement notre belle et juste cause aussi bien que tu l’as fait. Parce que bien sûr, nous sommes vegan et nous avons raison.
    Des bises

    • Merci pour ton message !! C’est toujours un plaisir de lire ce genre de commentaires et de voir que je peux dans mes mots toucher les personnes qui viennent sur mon blog et qu’elles se retrouvent à travers mes paroles. Très longtemps je me suis sentie seule vis à vis de la cause que je défendais. J’ai toujours été entouré de personnes non végés et défendre cette cause a vraiment été difficile. Heureusement aujourd’hui, j’ai un amoureux qui est devenu vegan et qui me pousse à dire haut et fort ce que je pense et aussi je retrouve à travers mon blog et internet de nombreuses personnes qui comme toi, comme moi, pensent et vivent à notre manière. On se sent tellement plus fort ! Quand tu sais que tu as les bons arguments et que tu es persuadé d’avoir raison, je pense que c’est beaucoup plus facile de se défendre.
      Même si tu n’as pas ma « fougue » pour défendre notre cause, je suis sûre que tu en parles autour de toi. Tu peux être fière car tu fais partie de la cause et c’est le plus important !

  3. Bravo pour ton article ! A la maison nous sommes vegan et ce n’est pas toujours facile à expliquer, surtout quand on a des enfants… Les réflexions du genre : « mais ils ne vont pas grandir » ou encore « vous sous-alimentez vos enfants » je ne les compte plus. Et quand on sait qu’ils mangent à la cantine comme tous les autres le midi, on voit bien que le risque est grand… Et c’est vrai qu’il est bien plus dangereux d’avoir une alimentation équilibrée en légumes et protéines végétales que d’aller au Mac Do une fois par semaine.
    Notre famille proche avait même peur que nous soyons entrés dans une secte !
    Du coup, de la patience et des explications à n’en plus finir !

    • Merci pour ton message ! Tu vois, je n’ai pas encore d’enfant et la première chose que mon médecin m’a dit lorsque je lui ai déclaré que je devenais vegan, c’est que je n’avais pas le droit d’obliger mes enfants futurs à le devenir aussi car ils seraient automatiquement carencés et auraient de gros problèmes au niveau de leur santé. C’est dingue comme parfois des personnes qui pourtant son censées avoir le savoir des sciences de leur côté sont incapable de s’ouvrir à d’autres alternatives et sont aussi bornés.
      La différence fait peur au gens, tellement peur que parfois ils en deviennent blessant sans s’en rendre compte, et c’est d’autant plus triste quand cela vient de ta famille.
      je suis heureuse de pouvoir lire des témoignages de personnes telles que toi qui ont réussi à passer outre le jugement.Tu fais passer un merveilleux message d’amour et de paix à tes enfants en ayant un mode de vie vegan qui les rendront sensibles au monde et aux êtres qui les entourent. Bravo à toi :)

  4. Vous avez raison par rapport à votre choix personnel :)
    Tlm ne pense pas comme vous et c’est leurs choix personnels.
    Pourquoi chercher à convaincre à tout prix?
    Les gens qui vous critiquent, se moquent…ne sont pas de bonnes personnes et ils existent des personnes non vegan qui ne se moquent pas, n’imposent pas leurs choix, veulent se renseigner, sont tous simplement curieux du pourquoi du comment sans juger :)
    Il y a beaucoup de vegan (comme beaucoup de non vegan) qui sont de suite insultants, blessants…et on ne peut pas parler avec elles et je trouve cela triste :(
    Pourquoi une personne qui mange de la viande serait une mauvaise personne et un vegan un ange?
    Vouloir imposer son mode de vie avec un « j’ai raison » me dérange qq peu même si votre message et votre mode de vie peu intéresser.
    Dire « voila ce que représente le veganisme » ou qqc du genre laisse plus de perspective et l’envie aux personnes qui s’intéressent et/ou veulent le devenir.
    Enfin ce n’est que mon point de vue et je ne vous impose pas d’être d’accord ou non avec mon propos :)
    Tant que votre vie vous convient, que vous êtes heureuse…n’est ce pas la l’essentiel? :)

    • Bonjour,
      Je comprend très bien votre point de vu, mais je continue à dire que le véganisme est la solution a énormément de problème. Je ne suis pas une personne qui force les gens a devenir ce que je suis. Je pense que l’on ne force personne à prendre une décision ou à rejoindre une cause. Tout doit venir d’un déclic et d’une prise de conscience. Je suis contre la violence sous toutes ces formes. Je suis née et je suis entourée par des personnes omnivores que j’aime de tout mon coeur et que je n’ai jamais violenté vis vis de mes propos. Oui je leur ai donné mes arguments, ils ont les leurs que je trouve très « bancales », je pense qu’ils ont tort mais jamais je ne les forcerais à prendre ma voie. Je vois que petit à petit ils prennent conscience des choses à leur rythme et à leur manière. Parfois ils viennent vers moi et me posent des questions, demandent pour des conseils.

      Si quelqu’un me pose des questions sur mes choix, je vais y répondre, je vais donner des arguments, je vais essayer de convaincre car je sais que mon choix est le bon. La personne en face de moi fera exactement la même chose, curieuse ou non. Elle va argumenter pour ses choix et ses valeurs et je ferais de même, ce qui est une réaction tout à fait normal quand le sujet vous tient tant à coeur.

      Je sais qu’il y a des vegans qui sont extrêmement virulents vis a vis des omnivores mais aussi vis à vis des végétariens et végétaliens qui ne sont pas vegan. J’ai eu affaire à ce genre de personnes qui m’ont insulté car je fus végétarienne pendant 7 ans et que par ma faute des centaines d’animaux sont morts. C’est extrêmement blessant même s’ils n’ont pas tort mais je ne pense pas que c’est par de la violence que l’on ralie des gens à notre cause, ni en les insultant, ni en les rejetant. Le véganisme est une voie de compassion, d’empathie envers les êtres vivants.
      Dans cet article je donne mon point de vue, je montre ce que je vis au quotidien et qui n’est pas toujours facile. Je ne range personne dans une case. Je ne dis pas que tous les vegans sont géniaux et que tous les omnivores sont des monstres. Nous sommes avant tout tous humains, avec des caractères et des modes de vie qui diffèrent, une différente approche de la vie et des gens. La majorité de mes amis sont omnivores, je les aime malgré leur choix car ils m’apportent d’autres choses qui me font grandir et je ne les rejette pas pour autant .

      Cet article défend une cause, un sujet, pas les personnes vegans prises individuellement. Si vous avez des questions, je serais absolument ravie d’y répondre et suis ouverte à toute discussion telle qu’elle soit sur le sujet. Je ne serai en aucun cas insultante ou blessante envers vous ou envers qui que ce soit. Ma vie me convient, je suis certes heureuse mais je ne le serai jamais entièrement tant que la vie animale ne sera pas respectée. Il faut que les choses changent et je ne peux malheureusement pas me taire pour que les personnes qui n’ont pas fait le même choix que moi est bonne conscience. Je le fais sans animosité, mais je souhaite que l’horreur et la souffrance que vivent ces êtres au quotidien soient enfin dévoilées et montrées au grand jour.

      Merci pour votre message, c’est toujours intéressant de pouvoir échanger sur nos points de vue.

  5. En admettant que tous les humains deviennent vegan, que vont devenir les animaux de la ferme? Disparaître non? :/
    Et les propriétaires de chiens et chats (entre autre) vont nourrir leurs animaux avec quoi s’ils ne peuvent plus avoir accès à de la viande?(ils sont carnivores donc doivent se nourrir de « cadavre ») quoique des gens refusent de donner des croquettes à leurs animaux car il y a de la viande et du coup leurs animaux sont en mauvaises santé puisqu’ils mangent que vegan :(
    Je ne dis jamais à personne qu’il a tort ou raison, chacun son choix, chacun sa vie :)
    Je ne dis jamais non plus sur le net si je suis vegan, végétarien ou omnivore, je me suis déjà pris trop d’insultes :/
    Alors oui, il faudrait réduire la consommation de viande, mais les humains sont à la base omnivores et je connais beaucoup de personnes devenues vegan (par conviction et sans rien imposer à personne, sans dire que les autres ont tort…) et avouent qu’elles sont suivi par des médecins et doivent prendre beaucoup de compléments alimentaires car plein de carences et pas en très bonne santé :/

    • Que vont devenir les animaux de la ferme? Et bien oui il y en aurait beaucoup moins si nous arrêtions de les forcer à se reproduire. Peut être même qu’ils disparaitraient mais ce serait sûrement de manière naturelle. Ce serait peut être même mieux pour eux que de vivre une vie de souffrance, d’esclavagisme et de torture. Ils sont nés pour vivre et mourir dans de terribles conditions. Les chats et chiens n’ont pas toujours été des animaux domestiques, les chats sauvages se nourrissent d’animaux sauvages. Par ailleurs mes chats mes ramènent très souvent leurs proies et je pense qu’ils seraient capables de se débrouiller s’ils étaient nés dans la nature. Leur instinct de chasseur est toujours présent. Quand à la nourriture vegan il en existe pour les animaux, et j’aimerais connaitre vos sources comme quoi elle est mauvaise pour leur santé. Et je ne pense pas que les croquettes normales soient forcément meilleures vu le tas de cochonneries qu’elles renferment.
      Je dis que j’ai raison et j’assume de le dire, mais j’en ai un peu assez d’entendre certains de mes lecteurs dirent que j’impose mon choix de vivre alors que je ne l’impose à personne. Je n’ai jamais forcé qui que ce soit à devenir vegan, ni à lire cet article et je suis fatiguée d’avoir à le répéter. Je n’insulte aucune personne qui ne suit pas mes opinions ou qui n’est pas d’accord, et je suis ouverte à toute discussion. Toute ma famille est omnivore et je ne les ai jamais forcés à suivre ma voie, mais oui je les informe sur les conséquences qu’à la production de viande sur l’écologie, sur notre santé et sur la souffrance qu’elle provoque lorsqu’ils me posent des questions. Informer ce n’est pas imposer.
      Je n’ai pas peur de dire que je suis vegan et de le crier sur tous les toits car je crois dur comme fer en ma cause et j’ai l’argumentation qui va avec. Cette cause est juste, cette cause refuse la violence, cette cause m’a ouvert les yeux et je suis fière de la suivre. Libre à vous de ne pas assumer le fait d’être omnivore ou de garder tout simplement vos convictions pour vous. Certains souhaitent s’exposer, d’autres non et je respecte cela.
      « Les humains sont à la base omnivores », c’est ancré dans notre tradition, mais le fait est que nous pouvons vivre sans viande, c’est même prouvé! Alors si vos amis ont des carences c’est que leur régime alimentaire n’est pas complet et qu’ils le suivent d’une mauvaise manière. Pour ma part je n’ai absolument aucune carence depuis que je suis vegan et que je suis un régime alimentaire à la lettre où j’obtiens tous mes apports en vitamines, protéines etc… et je suis en très bonne santé, je n’ai d’ailleurs jamais eu autant d’énergie que maintenant. Je cours 9-10 km 2 à 3 fois par semaine, je fais de la zumba, de la gym….mes résultats sanguins sont très bons, mon mental est plus que positif, je ne me suis jamais sentie aussi bien de toute ma vie. Et le plus important c’est que j’ai bonne conscience. Je peux enfin dire que j’aime les animaux sans me mentir à moi même.
      Il y a d’ailleurs en parlant de sport, de grands sportifs vegan comme Carl lewis ou chris campbell qui est végétarien et je peux vous dire qu’ils n’ont aucunes carences. Internet regorge de blogs, d’articles, de sites sur le mode de vie vegan et sur ces bienfaits, c’est un tout autre monde qui s’ouvre à vous. Soyez curieux, allez y jeter un coup d’oeil :)
      Quand à la nourriture vegan, mon blog est tout de même la preuve « vivante » qu’elle est variée et gourmande non? Et je ne parle même pas de certains blog anglais, américains ou même de mes collègues français qui sont tous plus alléchants les un que les autres.
      Je vous remercie d’avoir donné votre opinion sur mon article, c’est toujours intéressant d’échanger avec un avis contraire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *