Category Archives: Mes passions et convictions

Mais où est donc Lady Pastelle ?

20180510_143028

Un mois sans rien poster sur le blog, je crois que j’ai battu mon record ! J’ai complètement disparu ces dernières semaines car j’étais vraiment très occupée à courir dans tous les sens. Mon blog est vraiment une passion, un loisir que j’apprécie énormément, mais il m’arrive parfois de disparaitre pour profiter un maximum des moments entre ami(e)s ou en famille. Au tout début de mon blog, j’avais tendance à tout faire en fonction de lui, aujourd’hui j’ai compris que pour moi, le plus important, c’est d’être avant tout présente pour ceux et celles que j’aime et surtout ne pas me mettre une pression dont je n’ai vraiment pas besoin. En plus, pour ceux qui me suivent sur Facebook, mon blog a été piraté et il est en train d’être sauvegardé par mon amoureux. N’empêche que j’avais envie de vous faire un petit article ( voir deux), sur ce qui m’est arrivé et pourquoi je n’étais absolument pas présente ces derniers jours.

Pour faire court, je suis rentrée en France avec ma voiture, ma harpe sur les sièges arrières, chachon à mes côtés pour jouer à un  mariage. Une chouette mini-aventure où nous somme passés par Canterbury, une ville que j’avais énormément apprécié étant gamine. Puis de Reims, je suis partie avec mon papa en Loire Atlantique, puis je suis retournée à Reims, puis retour à Lincoln toujours avec mon papa (chachon était déjà rentré). Dans cet article, je me suis arrêtée à mon retour par bateau, mais j’en ferai à autre, plus petit, sur le mini séjour de mon papa à Lincoln !

Pause à Canterbury

Départ le matin à 8h (c’est loin Lincoln). Nous avons roulé (enfin surtout moi parce que chachon ne conduit pas) pendant 4h jusqu’à Canterbury, cette ville si charmante jumelée avec ma bonne vieille ville de Reims. C’était simple, c’était tout droit tout le temps, on ne peut pas faire mieux ! J’ai beaucoup aimé retourner dans cette ville, car j’y étais allée avec l’école quand j’avais 13 ans et j’en garde de bons souvenirs. Le petit truc  amusant, c’est que j’avais offert une tasse en terre cuite à mon papa, qu’il avait fini par casser (alors que c’était sa préférée, il la trimballait partout) et j’ai retrouvé quasiment la même 16 ans plus tard, dans la même boutique ! Nous sommes allés nous ballader le long de la rivière, il y a un parc géant absolument magnifique en plein coeur de la ville, on se serait cru à la campagne ! Sinon, on a mangé dans un café super sympa, vegan, le vegbox cafe. Je vous conseille leurs salad bowls qui sont à tomber, surtout le pesto de tomates séchées ! Je me suis permise de prendre deux petites photos de leur site car mon portable n’avait plus assez de batterie pour prendre des photos. En parlant de photos, je vous laisse admirer chachon en mode beau gosse avec ses lunettes de soleil ! Nous avons ensuite pris le bâteau de Douvres à 18h, arrivée à Reims vers minuit.


20180510_135805

Sans titre-1

20180510_143028 Lire la suite

Petit bilan de l’année 2017

Bilan

Je reviens sur le blog après plusieurs longues semaines d’absence. J’avais envie, ou plutôt besoin de commencer cette année avec un bilan de l’année précédente, histoire de poser de bonnes bases que ce soit pour vous qui suivez mon blog, mais aussi pour moi et pour me mettre les idées un peu au clair.

Bilan

Beaucoup de choses se sont produites l’année dernière, des bonnes et des mauvaises, comme pour tout le monde j’imagine. Il y a un an, je bossais toujours à Rockstar et j’essayais de me poser le moins de questions sur moi ou sur ce que je voulais vraiment faire, je me contentais de faire mon job et de la situation confortable qu’il m’apportait. Pourtant il n’était pas de tout repos que ce soit physique ou mental. Je suis passée par de grosses phases de déprime surtout à cause de mes relations avec les autres membres de l’équipe. Je n’arrivais plus à jouer de la harpe, je n’avais plus goût à rien lorsque je rentrais tard et fatiguée, et je passais mon temps à parler du boulot, des évènements qui s’y produisaient et du comportement des gens qui me rendait stressée et anxieuse. Tous les projets que j’avais lancé auparavant que ce soit au niveau musical, pour mon conte ou encore pour mon blog se sont retrouvés enfouis dans un coin de ma tête. Je ne me sentais plus moi-même, je me sentais en fait très très loin de ce que j’étais auparavant ou de ce que je voulais devenir. Pourtant ce job a eu de très bons côtés et j’y ai appris une multitude de choses, j’y ai rencontré des personnes formidables et il m’a permis de m’affirmer et de me faire entendre lorsque quelque chose ne me plaisait pas. Moi qui suis plutôt de nature timide, j’ai senti un énorme changement se faire au niveau de mon comportement et de ma prise de décision. Lire la suite

Quelques Nouvelles et petite mise au point

Oui, oui oui et re-oui, je suis bel et bien toujours vivante, malgré mon gros mois d’absence sur le Blog et sur Facebook. Je souhaitais, à travers ce petit article rapide, vous tenir au courant de ce qui se passe dans ma vie en ce moment et le « pourquoi » de ces longues semaines sans nouvelles.

LA nouvelle !

Sans titre-1

En parlant de nouvelle, voici la première, qui est maintenant officielle : je quitte mon job à la fin du mois de septembre après un an et demi de boulot intensif à concocter des petits plats et gâteaux pour tout le monde. Whaaaaaaaaat ? Et oui, je serai donc livrée à moi même, seule et terrifiée par cette nouvelle vie qui s’offre à moi sans une paye qui tombe tous les mois sur mon compte. Ces derniers mois furent intenses, fatiguants, chargés d’émotions, et celui dans lequel je suis en ce moment ne me laissera pas non plus le moindre répit puisque j’ai décidé de me donner à fond jusqu’au bout et de me faire plaisir et de faire plaisir aux personnes pour qui je cuisine mes petits plats. Mon dernier jour sera difficile et je suis sûre que je fondrai en larmes, mais voilà, c’est la vie et toute chose prend fin un jour. Lire la suite

Ce corps que l’on nous apprend à haïr

Troisième dessin

Aujourd’hui je vous parle du corps, celui de la femme, celui que l’on est censé chérir car c’est lui qui porte et donne la vie. Ce corps dont on ne sait quoi penser, que l’on a du mal à aimer, dont les formes semblent être dictées par des lois absurdes, celles de la perfection, perfection qui n’a elle même aucun sens puisqu’elle n’existe pas.

On ne m’a jamais appris à aimer mon corps et pourtant je pense que ce devrait être une des première chose que l’on doit enseigner à l’enfant. Apprendre à le découvrir, le comprendre, à l’apprécier et à vivre en harmonie avec lui. Notre corps c’est notre machine, notre pilier. Savoir le nourrir et l’entretenir devrait être une de nos occupations premières et pourtant ça ne l’est pas, du moins pas pour tout le monde. Mon corps, je ne l’ai jamais aimé même si je dois bien dire que ces dernières années m’ont donné l’envie de m’y reconnecter, grâce à une personne, l’homme qui partage mon quotidien.

Au cours de ma vie, qui n’est pourtant pas si longue, on m’a montré que les petits garçons ne se faisaient pas tant réprimander que cela quand ils soulèvent la jupe des filles dans la cours de l’école. Je ne compte même pas les fois où cela m’est arrivé. Je me souviens en avoir pleuré car je n’aimais pas l’idée que l’on puisse voir ce qui se cachait sous ma jupe. Du haut de mes 6 ans, je me sentais humiliée, moquée. Au collège, on m’a touché les fesses, une fois, deux fois, trois fois, et malgré mes demandes incessantes pour que le jeune homme arrête, il a toujours continué. Pourtant mon corps, il m’appartient et personne n’a le droit de se l’approprier ou de montrer ce que moi je n’avais pas envie de dévoiler, et lui, le jeune homme qui riait en me voyant le repousser, il aurait dû le savoir.

Premier dessin

Plus grande, en feuilletant des magazines, on m’a appris que les poils c’était dégoûtant, qu’ils fallait les raser, les épiler à la cire, à la crème, les supprimer définitivement jusqu’à utiliser un laser pour avoir la peau lisse d’une enfant avant la puberté. On m’a appris que les hommes n’aiment pas les poils, car avec eux, ma féminité s’en retrouvait amoindrie. Et malheureusement pour moi, bien plus tard, mon premier amoureux, qui soit dit en passant n’était pas une belle personne, a bien appuyé sur ce point en me disant que je ne trouverais personne d’autre que lui car je ne m’épilais pas partout. Qui voudrait d’une femme poilue ? Être une femme c’est être imberbe, je ne suis pas femme si j’ai des poils, les poils sont virils, et pourtant, ils sont bien là pour une raison, non ?

deuxième dessin Lire la suite