Gelée de coings et de pommes maison

IMG_0447

Chez nous, le froid commence doucement à se montrer. Nous avons encore des belles journées ensoleillées après des petits matins embrumés. Les feuilles se colorent tranquillement et s’éparpillent sur l’herbe au bord de la rivière de Lincoln. Mercredi, lors de ma journée de repos, je suis partie avec mon amie Louise à Doddington Hall pour aller y prendre un café et aussi en profiter pour acheter quelques fruits et légumes. Je fus agréablement surprise lorsque j’ai découvert un panier rempli de petits coings qui provenaient des jardins du château. J’en ai pris quelques-un n’ayant pas encore décidé de ce que je pourrais bien en faire.

Hier matin en attendant mes cours de harpe de l’après midi, je me suis dit qu’une bonne gelée de coing me ferait bien plaisir. Ma maman en fait tous les ans car mes parents possèdent un très beau cognassier dans leur jardin. Mais comme je n’en avais pas pris assez, j’ai décidé d’y ajouter quelques pommes. Les quantités sont assez petites, donc n’hésitez pas à les doubler si votre cueillette fut plus conséquente que la mienne ! Pour faire une bonne gelée, il faut garder la peau des fruits ainsi que les pépins, donc ne vous précipitez pas pour les éplucher ! Utilisez des fruits bios ou du jardin pour ne pas avoir une gelée aux pesticides ! Très souvent pour ce qui est des confitures ou gelées, on utilise une quantité de sucre égale à la quantité de fruits. Je préfère réduire un peu la quantité de sucre d’une centaine de gramme voir de 150 g. Elle mettra juste un peu plus longtemps à cuire.

Sans titre-1

IMG_0447

IMG_0430 Lire la suite

Brownie de pois-chiche aux pépites de chocolat et noisettes

brownie

Je n’arrive plus à tenir le blog depuis quelques mois et pourtant j’essaye vraiment de faire de mon mieux. Je suis à fond dans « Inktober » depuis une grosse semaine, ce défi du mois d’octobre qui consiste à publier un dessin par jour. Je me suis même crée un nouveau compte Instagram pour y mettre mes dessins. Oui, l’envie de dessiner a pris le dessus sur celle de cuisiner. Je ne poste pas mes dessins sur ma page Facebook par peur que ceux et celles qui attendent des recettes soient déçus de voir des illustrations défiler. C’est difficile de trouver un bon équilibre entre toutes mes passions, je m’y perds un peu, surtout que j’a débuter ce blog avec des recettes et non des dessins ou des bijoux.

Au café où je bosse nous utilisons la recette qui va suivre. C’est celle qui permet aux allergiques au gluten d’avoir un dessert à grignoter. La recette n’est pas de moi, ni du café, mais provient d’un blog très sympa du nom de «  A saucy Kitchen« . Je la trouve vraiment excellente et j’avais envie de la partager avec vous, car je trouvais ça dommage de passer à côté ! Disons que j’essaye de faire honneur à cette talentueuse blogueuse ! J’y ai ajouté quelques zestes d’orange et des noisettes. La texture de la pâte est vraiment très bizarre, un peu collante, mais c’est tout à fait normal ! Je vous conseille vivement d’utiliser un batteur électrique pour vous simplifier la tâche. Quand aux proportions, je vous conseille de prendre un tout petit plat carré (pas plus de 20cm) car sinon, vous vous retrouverez avec un brownie de 0,5cm de hauteur ! Ou alors vous pouvez doubler les proportions. Dernière petite chose, si vous les mettez au frais, ils seront un peu plus durs (dû à l’huile de coco). Moi je les préfère ainsi, mais rien ne vous empêche de les placer quelques secondes au micro-onde pour qu’ils soient fondants à nouveau !

IMG_0074

brownie Lire la suite

Cake marbré au butternut, cannelle et chocolat

IMG_9668

L’automne est enfin parmi  nous ! J’avoue j’en suis contente, car comme vous le savez déjà c’est ma saison favorite. Il y a quelque chose de magique lorsque l’air devient plus frais, que les feuilles se colorent de jolis nuances dorées rouges et orangées et tourbillonnent dans le ciel et que les champignons pointent le bout de leurs nez entre la mousse et les hautes herbes. C’est la période où je me sens le mieux et où j’ai l’impression d’être en phase avec moi-même. Je ne sais pas pourquoi mais cela fait des années que je ressens cette sensation.

À côté du café où je travaille, il y a un petit marché couvert avec des produits pour la plus part locaux. C’est là où nous achetons tous nos légumes et fruits frais pour nos plats et nos desserts. Les pommes, poires, citrouilles et autres courges arrivent enfin sur les étals ainsi que ma préférée : la butternut. Depuis le temps que je voulais en utiliser pour en faire un cake ! Je me suis un peu faite la main il y a quelques jours pour aider Danny à son food truck, mais celui que j’ai fait le jour suivant était encore meilleur ! Une petite précision par contre : pour ce qui est de la purée de butternut, je vous conseille de tout cuire (de mon côté, je la fais à la vapeur) et d’en prélever 180 g pour votre gâteau et de garder le reste pour faire une bonne purée (avec un peu de crème de soja ou d’avoine). 180 de butternut écrasée équivaut environ à une demi petite butternut.

Si vous souhaitez remplacer la butternut par de la citrouille, je pense que le rendu sera très similaire. En tout les cas la texture est très très moelleuse et il est encore meilleur le lendemain. N’oubliez pas de bien l’emballer ou de le placer dans une boite hermétique pour qu’il ne sèche pas !

cake

IMG_9665

IMG_9681 Lire la suite

Il y a un an

lifestyle-2569453_1280

Il y a un an quasiment jour pour jour, j’ai arrêté de bosser à Rockstar pour me lancer à mon compte. Cela faisait des années que je faisais des jobs un peu pourris, des jobs durs où j’étais très mal payée et où on ne me traitait pas forcément très bien. Mon véganisme ne m’aidait pas non plus, surtout dans le milieu de la restauration où j’étais parfois carrément maltraitée. Pourtant, j’ai étudié la musique pendant des années, je savais un peu dessiner, je faisais déjà des bijoux, mais j’ai toujours essayé de trouver du travail dans d’autres branches par peur d’échouer dans celles que j’aimais. Au fond de moi, je me disais qu’il fallait que je tente d’utiliser tout mon potentiel pour m’en sortir. Je n’avais jamais osé le faire auparavant par manque de confiance en moi et surtout pas peur de ne pas y arriver, de ne pas être à la hauteur. Alors oui, il y a un an, j’ai pris la décision que je ne ferais plus un job que je n’aime pas ou dans lequel je me sens vraiment très mal.

lifestyle-2569453_1280

Ce fut une décision difficile surtout pour moi qui suis une vraie trouillarde et qui ai énormément de mal à me retrouver seule, à démarcher, à m’organiser. Le premier mois, j’étais vraiment très motivée, j’avais enfin du temps à consacrer à mes bijoux, je m’étais lancée dans un petit projet de bougies véganes pour Noël, j’allais enfin m’améliorer en dessins… J’ai fait mon site de harpe pour les mariages, j’ai essayé de m’inscrire en tant que prof de harpe sur différents sites. Bref j’étais lancée ! Mais le mois suivant, je suis un peu tombée de mon nuage. Je ne vendais rien, je n’avais pas de nouvelles demandes pour des mariages et encore moins pour de nouveaux élèves en harpe. Financièrement, mes poches commençaient à se vider et je culpabilisais beaucoup de ne plus pouvoir participer autant qu’avant. L’hiver arrivant aussi à grand pas, les journées étant plus courtes et étant enfermée à longueur de journée dans mon appartement, j’ai commencé à me sentir très seule et à angoisser. Ce fut une mauvaise période pour moi, je me sentais nulle, j’avais la sensation que ce que je faisais n’avait pas de sens et j’avais juste envie de tout abandonner. Mais je m’étais promis que plus jamais je ne ferais quelque chose que je n’aimais pas et c’est comme ça que j’ai tenu.

smiley-2979107_1280

En janvier, ma situation s’est mise à décoller un peu, surtout au niveau de mes cours de harpe. Moi qui pensais que je ne ferais ça que parce que j’avais besoin d’argent, j’ai vraiment commencé à apprécier transmettre ma passion et je crois que j’y ai pris carrément goût ! Et puis j’ai eu quelques autres demandes pour jouer à des mariages, je me suis mise à dessiner beaucoup plus car je voulais vraiment devenir meilleure. Mon conte, celui sur lequel j’ai bossé pendant quasiment 2 ans et que j’ai finalement abandonné m’y a beaucoup aidé. J’ai travaillé dessus avec acharnement et passion pour finalement le mettre de côté. Ayant énormément progressé en dessin, ceux du début de mon conte ne me plaisaient plus et je ne me voyais pas tout recommencer pour la 3ème fois.

desktop-1985856_1280

Au cours de l’année, j’ai eu encore plus d’élèves. Etant la seule prof de harpe dans le Lincolnshire, je n’ai pas beaucoup de concurrence. J’ai joué à 5 mariages pendant l’été, ma boutique de bijoux fonctionnait plutôt bien. Puis en août, j’ai vu cette annonce sur Facebook d’un café vegan/végétarien qui voulait recruter un cuisiner à mi-temps. Sur le coup, je me suis dit que non, c’était une mauvaise idée, je ne voulais plus travailler en cuisine et encore moins pour quelqu’un. Et puis en y repensant, je me suis dit que ce ne serait peut être pas une mauvaise idée de trouver un job, l’hiver serait bientôt là et même si je suis une personne qui a du mal à s’intégrer en groupe dû à mon manque de confiance, j’avais envie de retrouver une vie sociale et de voir des gens. Sans oublier que pour la première fois de ma vie, j’allais peut être enfin avoir l’opportunité de travailler dans un milieu complètement végétarien/vegan avec des gens passionnés par les mêmes choses que moi et ayant les mêmes convictions !

bailgate-deli-web_658_375_c1_c_c_0_0_1

Vous le savez, j’ai décroché le job ! Bien que l’endroit soit super mignon et les gens qui y travaillent très sympathiques, c’est un peu (beaucoup) le bazar là-bas dû au manque de place et d’organisation. Des tâches qui sont censées être plutôt simples deviennent très compliquées et épuisantes. C’est à peine si je ne me traîne pas jusque dans mon lit pour aller y dormir directement quand je rentre du boulot ! Les premiers jours, je me suis dit : « Non, je ne peux pas bosser là bas, c’est trop crevant, j’ai déjà donné dans ce genre de milieu ! » Et puis au final, je crois que je commence déjà à m’y attacher. Le seul souci c’est que j’ai un peu de mal à jongler entre mes cours, ma harpe, mes bijoux, mes dessins et mon job, surtout que je me lance pleins de petits projets comme un nouveau conte pour les fêtes de fin d’année, quelques concerts, un petit album de musique pour un copain, quelques commandes d’illustrations (j’ai eu ma premier commande la semaine dernière !! Oh happy day !)… Et comme je travaille le reste du temps de la maison, et bien je ne m’arrête jamais de travailler et je prends très rarement le temps de me poser et juste… de ne rien faire ! Alors en ce moment le blog est un peu passé à la trappe à mon plus grand regret.

heart-3118930_1280

Mais au final, après un an à galérer, je fais enfin ce que j’aime grâce au soutien de mes proches et aussi, je dois le dire, grâce à mon travail : j’ai une dizaine d’élèves en harpe qui sont toutes super chouettes (oui je n’ai que des filles), j’ai déjà des mariages de prévus pour l’année prochaine, j’ai quelques concerts en vue,  je continue ma boutique de bijoux, je crée maintenant des cartes postales avec mes propres illustrations, on me demande des commandes de dessins, on me propose plein de petits projets, j’ai un job dans un endroit à 90% vegan… bref, je suis plutôt contente de ma situation, une situation que, pour une fois, j’ai enfin crée et qui me ressemble. Bien sûr, ce n’est pas tous les jours faciles, bien sûr j’ai toujours mes moments de doutes, quelques angoisses qui refont surface, des gros instants de fatigue, mais je fais ce que j’aime et ça ça n’a pas de prix ! Je le souhaite à n’importe qui !