Category Archives: Non classé

Brownie de pois-chiche aux pépites de chocolat et noisettes

brownie

Je n’arrive plus à tenir le blog depuis quelques mois et pourtant j’essaye vraiment de faire de mon mieux. Je suis à fond dans « Inktober » depuis une grosse semaine, ce défi du mois d’octobre qui consiste à publier un dessin par jour. Je me suis même crée un nouveau compte Instagram pour y mettre mes dessins. Oui, l’envie de dessiner a pris le dessus sur celle de cuisiner. Je ne poste pas mes dessins sur ma page Facebook par peur que ceux et celles qui attendent des recettes soient déçus de voir des illustrations défiler. C’est difficile de trouver un bon équilibre entre toutes mes passions, je m’y perds un peu, surtout que j’a débuter ce blog avec des recettes et non des dessins ou des bijoux.

Au café où je bosse nous utilisons la recette qui va suivre. C’est celle qui permet aux allergiques au gluten d’avoir un dessert à grignoter. La recette n’est pas de moi, ni du café, mais provient d’un blog très sympa du nom de «  A saucy Kitchen« . Je la trouve vraiment excellente et j’avais envie de la partager avec vous, car je trouvais ça dommage de passer à côté ! Disons que j’essaye de faire honneur à cette talentueuse blogueuse ! J’y ai ajouté quelques zestes d’orange et des noisettes. La texture de la pâte est vraiment très bizarre, un peu collante, mais c’est tout à fait normal ! Je vous conseille vivement d’utiliser un batteur électrique pour vous simplifier la tâche. Quand aux proportions, je vous conseille de prendre un tout petit plat carré (pas plus de 20cm) car sinon, vous vous retrouverez avec un brownie de 0,5cm de hauteur ! Ou alors vous pouvez doubler les proportions. Dernière petite chose, si vous les mettez au frais, ils seront un peu plus durs (dû à l’huile de coco). Moi je les préfère ainsi, mais rien ne vous empêche de les placer quelques secondes au micro-onde pour qu’ils soient fondants à nouveau !

IMG_0074

brownie Lire la suite

Mes bijoux en résine : ce qui se passe en coulisse !

Vous l’aviez compris, les bijoux en résine est un de mes passes temps favoris. J’adore fabriquer ces petites perles qui renferment un joli monde fleuri ou feuillu. C’est vraiment une passion, comme la musique ou la cuisine. Depuis que j’ai commencé, je ne peux pas m’en passer, c’est aussi pour cela que ma boutique compte énormément pour moi. Mais ce n’est pas de tout repos et ce n’est pas tous les jours facile de créer ces belles petites choses. Comme je sors ma nouvelle « collection » pour le printemps, j’aimerais à travers cet article, vous faire découvrir ce qui se passe en coulisse : la fabrication, les coûts, les joies et les difficultés mais aussi comment j’en suis venue à faire des bijoux en résine.

Pourquoi?

Capture d’écran 2018-01-31 à 19.14.06

La petite histoire, elles est super simple. Un jour, alors que je me promenais sur etsy, ce délicieux site qui regorge de jolies créations faites main, mais aussi de petites pièces vintage, je suis tombée sur cette boutique de bijoux en résine qui se situait sur Londres. Emerveillée, j’ai tout de suite passé un temps fou dessus, et j’ai fini par craquer : un joli collier en forme de noisette ce sera, avec à l’intérieur un petit grain de pissenlit. Je me suis littéralement jetée sur le paquet quand je l’ai reçu, il était bien emballé dans une petite boite en carton mais quand j’ai ouverte celle-ci et que j’en ai sorti mon cadeau, j’ai poussé un énorme soupir de déception. Cette délicate petite chose était en fait énorme : genre 5 cm de hauteur et 5 de largeur. Moi qui aime les choses assez discrètes, je ne l’ai jamais porté. J’étais vraiment déçue de chez déçue et là, dans ma tête ça a fait « clic » ! Mais, et si je les faisais moi-même? Et c’est à partir de là que ma passion a débuté et que j’en suis devenue accro ! Lire la suite

Catégories : Blog, Non classé

Burger de patate douce, épinards et quinoa, kale sauté à l’ail et carotte

IMG_6929

Cette recette, je devais la poster depuis samedi mais je n’ai pas pris le temps de le faire car j’étais bien trop occupée à dessiner et à faire mes nouveaux bijoux. Je suis en train de redessiner toutes les illustrations de mon conte pour enfant et sachant qu’un dessin me prend environ 13h, j’ai encore pas mal de boulot devant moi ! Pour ce qui est des bijoux, ayant reçu mes nouvelles fleurs, j’y ai passé beaucoup de temps ces derniers jours, car je les attendais avec impatience. Faire des perles en résine m’avait beaucoup manqué !

Ce burger, il est très simple à réaliser et d’une très bonne tenue à la cuisson. Quand je fais un steak végétal, j’ajoute toujours un peu de fécule ou de la farine de pois-chiche ainsi que de la chapelure pour être sûre qu’il ne s’effrite pas. J’en ai  tellement eu des mauvaises surprises quand j’ai tenté mes tous premiers burgers vegans ! Ils peuvent se cuire au four, mais de mon côté je préfère les faire revenir dans un petit fond d’huile dans une poêle. Pour les saveurs, j’ai tenté le plus possible d’utiliser des produits de saison et locaux. Pour l’assaisonnement, j’ai au bord de ma fenêtre un magnifique pied de romarin que je chérie. Au menu ce sera donc steak végétal à la patate douce et pousses d’épinards et pour l’accompagnement du chou kale revenu dans de l’ail et un peu d’huile d’olive, des carottes râpées, des tranches d’oignon rouge et pour finir une belle mayonnaise que j’ai faite avec de la moutarde de Reims à l’estragon (un cadeau de ma maman). Vous pouvez utiliser une moutarde nature si vous n’avez rien d’autre sous la main ! J’ai fait ce burger lorsqu’on avait un invité à la maison, et j’ai donc aussi fait quelques belles frites maison au four pour l’accompagner, un délice !

Sans titre-2

IMG_6929 Lire la suite

People Tree : une marque Anglaise éthique et soucieuse de l’environnement

Sans titre-1

Sans titre-1

Mon histoire avec les vêtements :

Aujourd’hui on change un peu de registre puisque je vous parle vêtements. Les vêtements et moi, nous avons une grande histoire. Quand j’étais jeune, je me fichais complètement des vêtements, mon rêve c’était des chaussures de marche pour que je puisse aller marcher dans la boue, un vieux jean et un pull qui tient chaud. Et puis j’ai eu cette mauvaise période où mon apparence est devenue très importante, toujours à cause de mon ancien amoureux dont le principal intérêt était de paraitre « parfait ». Là j’en ai acheté des tas, des montagnes qui ne m’ont servis absolument à rien, que je n’ai jamais mis et dont j’en ai revendu une petite partie. J’achetais car je me lassais rapidement de mon apparence et j’avais ce besoin d’acheter pour me sentir mieux dans mon corps.

Avec ma guérison, avec le temps et surtout après avoir compris que l’apparence n’était pas la chose la plus importante de ma vie, j’ai réduit considérablement mes achats en vêtements pour utiliser mon argent dans des choses plus essentielles. Là encore, c’est mon amoureux qui m’a aidé et y voir plus clair et à prioriser. En devenant végane, en achetant des produits plus écolos, plus sains pour l’environnement, la planète et les animaux, j’ai commencé à me poser des questions sur les vêtements que je portais. Une révélation assez récente à laquelle je vais me tenir, puisqu’elle fait maintenant partie de mes convictions. Mon but étant d’acheter vraiment ce dont j’ai besoin et surtout des vêtements de qualité, certes plus onéreux mais qui sont plus respectueux de l’environnement, des animaux et de l’humain. Lire la suite